Le Portail Internet de la Vésubie - Le Portail Internet de la Vésubie

jeudi 20 juillet 2017

Diét et saveurs
Un apéro sympa !

Conviviaux, les apéritifs entre amis sont aussi parfois des moments d'égarements alimentaires : chips, biscuits apéritifs, cacahuètes, pistaches, charcuterie, toasts de tarama ou tapenade et bien sûr boissons, alcoolisées ou non.
Les nombreux biscuits apéritifs (chips, crackers, mini-pizzas…) proposés par le commerce sont très caloriques. Ils contiennent non seulement une part importante de lipides, mais les industriels ajoutent souvent en plus du sel, du sucre, sous différentes formes. Ce qui fait de votre biscuit apéritif
un aliment à la fois « gras, salé et sucré » ! La charcuterie est également très riche, un saucisson peut comporter jusqu'à 40 % de lipides.
Les sodas et l'alcool sont également une source importante de calories. Il est préférable de substituer au verre de soda un verre de jus de fruits 100% pur jus. Parmi les boissons alcoolisées, il conviendra de choisir parmi les moins caloriques et également les moins alcoolisées : un verre de cidre (50kcal), une bière (entre 90 et 250kcal), une coupe de champagne (90kcal), un verre de vin (100kcal), un Ricard (130kacl), un verre de muscat (250kcal).
Pour aborder ces soirées de manière sereine, pensez à servir des bâtonnets de légumes (concombres, carottes, champignons, tomates cerises...) avec une sauce à base de fromage blanc et d'herbes fraîches ou à proposer des brochettes de légumes ou des dés de melon.
Ma recette préférée : tartinade d'artichauts : Mixer une boîte de fonds d'artichauts avec un peu de pesto. Servir avec des bâtonnets de légumes.

Sophie LUCKEL, diététicienne.

lundi 10 juillet 2017

Fin de saison du Judo Club Vésubie Valdeblore



La saison 2016/2017 au Judo Club Vésubie Valdeblore s’est achevée par le passage de grade de tous nos judokas. Une matinée bien remplie pour les élèves, le professeur et les parents à l’image de cette saison.


Je remercie les municipalités de Lantosque et Valdeblore qui mettent gracieusement leurs salles à notre disposition.  Je  remercie les parents qui n’hésitent pas à se déplacer pour permettre à leurs enfants de suivre les cours dispensés par  notre maître Eric Colleuil  et je félicite les enfants pour leur assiduité.

En attendant  de vous retrouver  nombreux à la rentrée  scolaire, bonnes vacances à tous.

Pour tout renseignement :
JUDO CLUB VESUBIE VALDEBLORE
Tél : 0493031994/0689957022
Judo.club.vesubie@caramail.com


Rosa

vendredi 30 juin 2017

Le second rallye surprise des Cougourdons s’est déroulé Dimanche 25 juin 17 à Lantosque.

11 équipages dont un en moto ont été confrontés toute la journée a diverses épreuves : énigmes pour découvrir des lieux, épreuves musicales, épreuves d’adresse ou de force.

Dans la bonne humeur et après une journée bien remplie et la découverte de notre village et de ses écarts chaque équipage a pu se départagé dans trois épreuves chronométrés : épluchage de pomme de terre, plantation d’un clou, sciage d’un rondin avec une loube.

Tous ont été récompensé et se sont déclarés enchantés de cette journée

A l’année prochaine.



mardi 13 juin 2017

Infusion de Sciences: La plante à bulles.

Vous voulez faire des bulles avec une plante ? Utilisez la saponaire!
Également appelée « herbe à savon », la saponaire mousse et peut être utilisée comme substitut au savon pour laver les vêtements, les cheveux et même la peau. Il en existe une vingtaine d’espèces, souvent méditerranéennes. L’une des saponaires les plus connues est la saponaire officinale (ou Saponaria officinalis L., vient du latin sapo = savon). Il s’agit d’une plante vivace dont la tige mesure 40 à 80 cm avec des fleurs roses. Sa floraison se déroule de juin à octobre. A la base de la plante se trouve le rhizome, lieu de réserves nutritives. Il s’agit d’une tige souterraine dont la partie inférieure donne la formation de racines et dont la partie supérieure donne la formation de tiges. C’est surtout dans le rhizome que l’on trouve l’agent moussant de cette plante, la saponine. Cette molécule a une propriété tensioactive naturelle, c'est-a-dire qu’elle peut solubiliser 2 phases comme l’eau et l’huile, ce qui confère des propriétés moussantes et de détergent à la plante. De plus, la saponaire peut être utilisée sous forme de décoction comme expectorant, dépuratif ou encore diurétique. Attention, utilisée à forte dose, celle-ci présente une toxicité pouvant mener à une destruction des globules rouges (hémolyse) due aux propriétés tensioactives de la saponine qui solubilise leurs membranes. Il faut donc l’utiliser avec prudence sous surveillance médicale. Pour finir, la recherche s’intéresse à cette molécule dans la lutte contre le cancer (leucémie) ou encore dans les vaccins pour faciliter l’absorption de molécules grâce à sa capacité de solubilisation des membranes.

Laurence BOUDIERE - Docteur en biologie végétale.

vendredi 2 juin 2017

PSYCHO/SOCIO: Synthèse de: « Apprivoiser les écrans et grandir »

Les écrans font partie de notre vie d’une manière que nous n’avons jamais connue jusque-là, avec une multiplicité des supports et des contenus. La consommation d’écrans par les enfants est aujourd’hui un motif très fréquent de consultation auprès du pédopsychiatre.

Avant 3 ans : Les tout-petits apprennent essentiellement par imitation. Pas de télé pour les bébés. Et les tablettes tactiles que l’on nous vante ? Elles ne sont aucunement indispensables à son développement.
De 3 à 6 ans : Les repères narratifs sont encore en construction à cet âge. Soyons très attentifs à ce que les enfants comprennent ce qu’ils voient sur les écrans. Invitons les enfants à parler de ce qu’ils voient. N’offrons pas une console de jeux personnelle à un enfant de moins de 6 ans ! Préférons les jeux en famille. Dès cet âge, posons des repères clairs sur le temps d’écran !
De 6 à 9 ans : L’enfant est trop jeune pour naviguer seul sur internet. Les écrans doivent rester une source d’échange familial. N’installons pas d’ordinateur ou de télévision dans sa chambre!
De 9 à 12 ans : Affichons en bonne place trois conseils pour un bon usage d’Internet :
· Tout ce que l’on y met y restera éternellement et peut tomber dans le domaine public.
· Tout ce que l’on y trouve est indécidable, on ne sait jamais d’où cela vient, si c’est vrai ou si c’est faux.
· Enfin le respect du droit à l’image est fondamental : personne ne peut utiliser mon image sans mon accord et… je ne peux utiliser l’image de personne sans son accord !
Après 12 ans : C’est l’âge des premiers téléphones mobiles et des réseaux sociaux. Continuons à parler avec nos adolescents des usages qu’ils font des écrans, de ce qu’ils y voient. Mettons-les en garde contre le cyber harcèlement, la pornographie, le téléchargement illégal. Négocions avec eux un temps d’écran hebdomadaire, une charte pour un bon usage familial des outils numériques, et évitons toute possibilité de connexion nocturne depuis leur chambre.

Docteur Marie-Noëlle Clément – Résumé Sibylle.

jeudi 25 mai 2017

Il était une fois, en Vésubie...

C'est à la suite de longues tractations qu’était réalisée, le 2 mai 1568, la délimitation de la forêt du Tuor, commune de Belvédère, sur la rive gauche du vallon du Graus. Peu éloignée du village, cette forêt servait également de terrain de parcours aux différents troupeaux, comme en témoignent encore d’anciennes vacheries. La facilité de l’exploitation des bois par flottage dans le vallon en faisait la richesse potentielle. La délimitation, obtenue par la commune, lui permettait de préserver ses droits exclusifs face aux prétentions de sa voisine bollénoise. Anciennes terres seigneuriales entre les mains des maisons féodales aux XIe-XIIe siècle. puis du Comte de Provence au siècle suivant, ces forêts et alpages d’altitude ont longtemps été, dès leur appropriation, sources de conflits inépuisables entre les Communautés villageoises. L’abornement réalisé conjointement mettait (temporairement) fin à ces tensions. Mais il s’agissait aussi d’imposer des règlements d’usages face à l’importante pression des villageois prompts à s’approprier ces ressources. La mise en défense des espaces forestiers après une coupe devait favoriser la repousse des plantes, éviter les sur-pâturages stérilisants et d’éviter les empiétements des habitants qui se procuraient les sous-produits des forêts, pour les litières (les fougères…) comme pour le chauffage (ébranchements…). 

Éric GILI