Le Portail Internet de la Vésubie - Le Portail Internet de la Vésubie

jeudi 10 août 2017

Coup de pouce diét’ du jour: Sommeil & Alimentation.
Il est 14h15 de l’après-midi. Il vous reste 3h de boulot devant vous et vous regrettez déjà votre oreiller. L’émission de la veille a-t-elle duré trop longtemps ? Le matelas est-il de qualité ? Vos pensées m’ont-elles joué des tours ? Rien ne va plus, les bruits vous sont insupportables et les bâillements intempestifs…
Comment bien dormir ? Est-il possible de se lever le matin sans ressentir cette maudite barre traversant la totalité de votre crâne ? Cet article bien que n’apportant aucune solution miracle (j’en suis navrée chers lecteurs…) peut vous permettre de comprendre les mécanismes de l’alimentation et son impact sur le sommeil. Pour un adulte, il est conseillé de dormir entre 7 à 9h par nuit. Lorsque l’on réduit le temps de sommeil, cela modifie la concentration de certaines hormones qui commandent l’appétit et accentuent votre attirance vers les produits « glucolipidiques » (riches en sucres et graisses). Malheureusement pour vous, les conséquences d’un sommeil de mauvaise qualité ne s’arrêtent pas là… Anxiété, angoisse, stress et pensées négatives font vite leur apparition et ce, à n’importe quel moment de la journée. En réaction, ces mécanismes, en plus de générer bon nombre d’envies de manger émotionnelles, vous font subir ainsi qu’à vos proches vos comportements désagréables. Il n’y a pas de secret, une bonne hygiène de vie favorise la qualité du sommeil, mais changer son regard sur la manière de se nourrir, l’influence d’autant plus. Manger avec plaisir sans pour autant se goinfrer aura un impact sur votre sommeil…
Quels sont les aliments pouvant m’aider à mieux dormir ? Tous ceux riches en tryptophane. Ce dernier est un acide aminé que l’on trouve notamment dans les produits laitiers. Évidemment, n’espérez pas vous écrouler de fatigue une fois avalé votre yaourt du soir. Il n’y a pas d’aliments miracle.
Quelques astuces : favoriser la prise du dîner au moins 3h avant d’aller se coucher. Pratiquer une activité physique régulière et/ou activités de relaxation. Être dans un bon état d’esprit pour ne pas avoir à affronter d’émotions pénibles. Avoir des horaires réguliers. Dormir dans une pièce dédiée. Ne pas être gêné par le bruit et la lumière. Attendre votre sommeil pour pouvoir l’accepter. N’y rajouter pas en plus votre pensée !

Marine PITTALUGA – Diététicienne-Nutritionniste